Divers

Je vis sans TV (et je ne changerai pour rien au monde)

« Je n’ai pas la télé. »

 

Cette phrase anodine, je la répète plusieurs fois par semaine, quand les gens me parlent d’émissions qu’ils ont vu, de programme qu’ils veulent voir. Et leur réaction est souvent la stupeur. Cela étonne plus que « je n’ai pas de machine à laver/lave-vaisselle » et autant que « je n’ai pas de lit ». Cela montre bien à quel point la télévision est considérée, dans notre culture occidentale aisée, comme un indispensable du quotidien. Et pourtant je ne me verrais pas vivre avec.

J’ai grandi sans, ma mère est une femme un peu hippie qui n’en voyait pas l’intérêt. Dans les années 90, elle a épousé un homme qui en avait une et j’ai enfin découvert ses émissions pour enfants que j’enviais à mes petits camarades. Ma mère a veillé à ce que je n’en abuse pas quand même. TF1 était bannie mais nous regardions religieusement Nulle part ailleurs tous les soirs (la grande époque Gildas/De Caunes) et j’ai découvert le cinéma à haute dose. Mes parents cinéphiles m’avaient montré quelques classiques, mais grâce à Canal (et à une maladie qui m’a déscolarisée un temps), j’ai bouffé du film au quotidien, pour mon plus grand bonheur.

Viens le départ du nid familial et la constatation que la télé, ça encombre, vu que je passe mes soirées à jouer sur mon ordi/ou avec mes amis, et que je ne m’en sers que pour regarder des films, chose que je peux faire sur mon PC. Je m’en débarrasse donc. Depuis, je n’ai pas de télé. (Bon ce n’est pas tout a fait vrai, il m’est arrivé de vivre avec une télé dans l’appartement, pas à moi, mais qui ne sert que pour les films car pas branchée…).

Le peu que je vois chez des amis me conforte dans mon choix: les émissions me paraissent pour la plupart inintéressantes, le nombre de publicités est hallucinant, la télé-réalité y a pris une place énorme…

Attention, cela ne m’empêche pas de passer du temps devant un écran hein, Je joue sur PC, je regarde des séries (trop d’ailleurs, j’ai même un google doc pour m’y repérer) et pas mal de films quand je ne vais pas au ciné. Mais je suis satisfaite de chercher mes propres sources d’informations pour me tenir au courant de l’actualité: je trouve trop souvent que les journaux TV adoptent « un certain point de vue », je suis beaucoup moins exposée à la publicité et ça se ressent sur ma consommation: j’ai beaucoup moins envie de telles nouveautés marketing (surtout au supermarché), je passe quasi à côté de ces émissions que je trouve « nulles » (télé-réalité et émissions « scandale » du soir) et si une émission me tente vraiment (Cousu Main <3) je la regarde en streaming.

73783831

c’est un peu extrémiste mais j’aime bien

J’ai l’impression d’avoir plus de temps car je choisis mon temps d’écran à ma guise sans dépendre d’horaires précis. Et j’ai la chance d’avoir beaucoup d’amis comme moi et de privilégier les soirées entre potes ( juste à discuter, à jouer aux jeux de société <3 ou autre activités à plusieurs). Je passe beaucoup de soirées à faire des activités manuelles (couture/tricot, puzzle) ou juste à lire tranquillement. Bref, j’adore ma vie sans télé et je ne changerai pas. Cela ne m’empêche pas de rêver d’un vidéo-projecteur pour voir des films en grand dans mon salon 🙂

 

Et vous, votre avis? Télé ou pas télé?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié le: 20 septembre 2015 | Commentaires: 1

Zéro Déchet, un livre très utile

Quand on essaie d’avoir une démarche un peu écolo dans son quotidien, on entend très rapidement parler de ce livre: Zéro Déchet de Béa Johnson. Best-seller, on le trouve maintenant en format poche (ou en ebook) dans la plupart des librairies. Ecrit par une française vivant aux USA, auteure d’un blog très connu sur le sujet (Zero Waste Home), elle y explique sa prise de conscience et son changement de mode de vie pour produire le moins de déchets possible. De ses tâtonnements à ses réussites, elle reste très honnête et divise son livre en chapitre très clairs: les courses alimentaires, la salle de bain, la garde-robe, les enfants…

zero dechet

J’ai apprécié qu’elle ne soit pas une « extrémiste » du zéro déchet: même si elle est parvenu à un très haut niveau, elle souligne bien que certaines pratiques sont finalement trop chronophages, peu rentables, contraignantes et que personne n’est parfait.

Son livre, écrit à l’américaine, est super clair, facile à lire, avec des petits récapitulatifs en fin de chapitre et plein d’astuces. Je connaissais certaines choses (fréquentant depuis quelques mois des groupes FB spécialisés) mais l’explication de son quotidien permet de mieux comprendre la mise en oeuvre. Ce livre est idéal pour les débutants car on y pioche ce qu’on veut. Elle m’a beaucoup inspirée pour continuer (très doucement hein, j’avoue que j’ai du mal à délaisser un peu certains « conforts » de nos vies consuméristes).

 

Je profite donc de cet article pour dresser un bilan de mes propres changements (en italique les « déjà en place », en normal les « prévus »):

  • Dans la Cuisine

J’essaie de plus en plus d’acheter en vrac et de conserver dans des bocaux en verre.

J’achète mes fruits et légumes selon les saisons en m’aidant du calendrier publié chaque mois par MrMondialisation.

J’essaie de me faire un planning de repas, histoire de n’acheter que le nécessaire et de ne pas remplir mes placards d’aliments qui vont y traîner pendant des mois.

Je recycle verre et cartons/papiers.

J’achète très peu de plats préparés et je compte profiter de mon déménagement pour ne plus avoir de micro-ondes.

J’aimerais dans le futur investir dans un composteur si j’ai un balcon et j’attends mon déménagement pour remplacer le liquide vaisselle par du savon de Marseille servant à tout dans la cuisine.

  • Dans la Salle de Bain

J’utilise du savon au lait d’ânesse pour me laver (ma peau est douce et il dure des mois) plutôt que les 15 produits différents que j’avais avant et de l’huile de coco pure pour me démaquiller (hyper efficace). 

J’achète de plus en plus de produits « basiques » et « bio » plutôt que céder aux sirènes marketing de la nouveauté.

Cela fait des années que j’utilise une coupe menstruelle et j’en suis ravie.

Je fais pipi dans la douche (oui ça peut surprendre mais n’empêche que ça économise de l’eau). 

J’essaie de diminuer le nombre de produits dans ma salle de bain mais c’est très dur quand on bosse dans les cosmétiques comme moi.

J’ai commandé de quoi me faire des carrés lavables pour diminuer ma consommation de cotons, 17€ pour 60, je vous en parlerais dans un prochain article.

  • Dans la garde-robe

J’ai fait pas mal de tri en préparant mon déménagement et j’ai jeté/donné 3 grands sacs poubelles de fringues. J’essaie d’investir « durable » plutôt que « tendance » mais comme pour al salle de bain, ce n’est pas la partie facile pour moi. Je rappelle que je suis complètement accro aux chaussures…

Je privilégie les fibres naturelles et j’achète souvent de seconde main. 

  • Le ménage

J’ai investi dans des chiffonettes en micro-fibres qui me servent a dépoussiérer/laver/essuyer.

Le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude sont devenus des indispensables du ménage.

 

Il y a encore du chemin à faire mais je suis contente de mes progrès, j’espère approfondir ma démarche dans les mois à venir. N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou à me parler de votre démarche zéro déchet 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié le: 2 juin 2015 | Commentaires: 2